Voyage Séjour au Vacanciel : "Le Pavillon Médicis" à Salies de Béarn.

DSCN0268.JPG

Samedi 2 septembre au départ de l’Isère, le temps était maussade mais le séjour au Vacanciel de Salies de Béarn s’est heureusement déroulé entre matinées légèrement nuageuses et soleil l’après-midi.

Le 1er jour, nous découvrons, avec notre guide Pierre, la cité du sel, ses ruelles étroites, ses maisons à galeries du 17ème siècle, avec leurs toits bruns aux tuiles «picon», style régional béarnais. Situé près du Vacanciel, l’établissement thermal de style néo-mauresque de 1888 et l’hôtel du parc qui abrite le Casino, équipent cette ville thermale.

 

Réduc Nos porteurs de sel (Macabet & Civet).jpg  

Au musée du sel, passionnant, 2 vaillants représentants de l’ANR vont jouer les «tiradous», les porteurs d’eau salée !

L’après-midi se passe au château de Laas, reconstitution d’une grande maison bourgeoise du 18ème, et balade dans ses beaux jardins.

En rentrant nous faisons une courte visite à Sauveterre de Béarn, site en terrasse au-dessus du gave d’Oloron.

Le lendemain lundi 4, c’est une journée basque à Espelette avec visite d’un atelier du piment,                        Le séchage des piments sur les murs.Réduc Séchage des piments à Espelette.jpg

label AOC, où nous suivons la production, du champ où il est récolté à la main jusqu’à la poudre. La dégustation suit avec gelée, confiture, caviar de piment, etc…  Le piment d’Espelette est doux : intensité 4 sur 10 !

 

 

Après le repas au Vacanciel de Cambo les Bains, le petit train à crémaillère de 1925, tout brinquebalant, nous emmène en haut de la Rhune à 905 mètres d’altitude.

En chemin, rencontres des pottocks, les petits poneys basques qui jouent à traverser devant la locomotive ! Pendant le trajet et au sommet, le beau temps clair nous permet d’apercevoir toute la côte basque de Biarritz jusqu’aux plages des Landes.

Le 3ème jour nous parcourons Orthez, le Pont Vieux du 13ème, défendu par une tour d’où, selon la légende, les prêtres et les moines furent jetés dans le gave, lors de la prise de la ville par Montgomery en 1569 !

Après le déjeuner, nous partons pour une incursion en Espagne pour faire quelques emplettes, puis c’est la visite de Biarritz :

la pointe Saint Martin et son phare, les belles et excentriques villas du 19éme et le Rocher de la Vierge.

 

Biarritz Rocher de la Vierge.JPG

Mercredi 6 septembre, 4ème jour avec matinée libre à Salies de Béarn où quelques «privilégiés» descendent dans la crypte abritant la fontaine salée d’origine. L’après-midi, à St Jean Pied de Port, les plus courageux grimpent jusqu’à la citadelle de Vauban. Cette ville est, au Moyen Age, le centre de regroupement des « jacquets », les pèlerins en route pour St Jacques de Compostelle, dernière étape au pied du port (le passage) avant l’Espagne. Au retour nous dégustons le Jurançon à la cave Béarn-Jurançon de Bellocq.

Jeudi, nous retournons au pays basque pour la visite de St Jean de Luz. Du quai du port où nous avons une belle vue sur les bateaux de pêche, le guide nous explique les différentes façons de pêcher les sardines, anchois et thons. Puis nous passons devant les maisons de Louis XIV et de l’Infante d’Espagne, où ils ont passé une journée, avant leur mariage dans l’Eglise St Jean Baptiste en 1660. L’intérieur somptueux du 17ème siècle, le retable resplendissant d’or, les trois étages de galeries en bois de chêne en font la plus belle église du pays basque. Après avoir déjeuné au Vacanciel de Guéthary, nous arrivons à Bayonne que nous visitons, puis nous avons rendez-vous  chez un artisan du jambon de Bayonne, il nous montre ses saloirs, ses séchoirs et nous fait déguster (et acheter) ses spécialités.

Vendredi matin  6ème jour, départ pour notre dernière excursion : Oloron Sainte Marie, ville double, au confluent des gaves d’Ossau et d’Aspe qui deviennent gave d’Oloron. La ville doit son  nom à Iluro dieu pyrénéen. A la cathédrale Sainte Marie, nous admirons le magnifique portail roman sculpté en marbre et resté intact. Au retour les gourmands font des provisions à la chocolaterie Lindt.

La journée s'achève par la visite du camp de Gurs (64) où les réfugiés espagnols ont été internés en 1939.

sentier01-1.jpg

 

Le séjour se termine par l’après-midi libre consacré au farniente, randonnées ou piscine pour quelques-uns.

Ce séjour bien occupé par les excursions a été agrémenté par des spécialités gastronomiques régionales (Axoa de veau, garbure, gâteau basque, fromage Ossau Iraty, etc. et des soirées animées comme le concert du chœur basque Orphéon.

Nous regrettons moins de repartir samedi 9 septembre, car c’est la pluie qui nous accompagne jusqu’en Isère, avec notre jeune conducteur Alex.

Maintenant nous devons réfléchir à notre destination 2018.

Jacqueline Devise et Viviane Fégy