De la Côte d’Opale à Bruges,

au v
illage club "Vacanciel" de MERLIMONT,

du 1er au 8 septembre 2018

 

Samedi 1er septembre, un départ matinal - très matinal même pour 7 d’entre nous - nous a conduit à Merlimont, au centre de vacances « Vacanciel » où nous avons passé une très belle semaine : temps clément, restauration excellente et  accueil d’un personnel toujours à l’écoute.

 

Après un apéritif et accueil du Directeur, nous avons pris possession de nos appartements, dans un grand parc, où l’orientation était nécessaire au début ! 

Village Vacanciel.jpg

Après une nuit de repos bien mérité, nous prenons dimanche la direction de Berck Paris Plage, station balnéaire du sud de la côte d’Opale, ville thérapeutique. En effet, Marianne Brillard a l’idée de faire prendre des bains aux enfants malades, et le médecin constate une amélioration de leur santé due à la forte densité d’iode. Marianne Brillard fut à l’origine du Berk médical et elle est considérée comme l’inventrice de la Thalassothérapie.

Après une petite marche le long de la baie d’Authie nous avons vu les phoques et veaux marins qui se reposaient sur les bancs de sable.

 Phoques et veaux marins.jpg

L’après-midi nous a conduits à Calais, principal point de passage des ferrys entre la France et l’Angleterre. Calais et son imposant hôtel de ville avec son beffroi de 78 mètres de haut, son jardin et sa célèbre statue de bronze de Rodin représentant les « Bourgeois de Calais ».

A la Cité de la dentelle et de la mode nous pouvons voir des dentelles de toutes sortes et assistons à une démonstration de fabrication.

Retour au « Vacanciel » en fin de journée.

Lundi matin, une promenade dans les dunes et visite de Merlimont. L’après –midi notre guide nous accompagne au Touquet Paris Plage où nous admirons les villas plus belles les unes que autres : lovées dans une grande forêt. Les richesses de la ville : le lycée hôtelier, le palais des congrès, le beffroi et l’hôtel de ville, le centre équestre, le casino … Nous faisons une longue promenade dans les rues piétonnes avant notre retour pour Merlimont.

Mardi nous emmène à Etaples sur mer « ville des pécheurs », avec son imposant marché sur le port et dans les rues de la ville avec ses 200 commerçants.

Une visite du cimetière militaire où reposent 11500 soldats de l’Empire britannique décédés des suites de blessures ou de maladie au cours de la Première  Guerre Mondiale.  Ce cimetière est entretenu tous les jours par 6 jardiniers qui doivent tondre et s’occuper des  33000 plantes à la mémoire des disparus.

Mercredi départ pour la journée, en route vers le mémorial Canadien de Vimy, monument impressionnant représentant l’hommage que le Canada a rendu à ses citoyens qui ont donné leur vie au cours de la Première Guerre Mondiale. Ce monument, sur lequel sont gravés les noms des victimes, a été élevé à la mémoire des 66 000 jeunes Canadiens : il  commémore la bataille du 9 avril 1917. Les tranchées sont accessibles à la visite et nous pouvons imaginer la vie des soldats à cette terrible époque.

Nous continuons vers Notre Dame de Lorette : la nécropole a été créée sur le site de l’ancien oratoire du XVIII siècle sur la colline de 165 mètres où les batailles d’octobre 1914 à octobre 1915 firent 100 000 morts et autant de blessés. L’émotion est très forte.

  Mémorial de Vimy.jpg   Tranchées à Vimy.jpeg.jpg   Cimetière de Vimy.jpg

Une rapide visite d’Arras et ses places, son hotel de ville et son beffroi classé au patrimoine de l’Unesco sans oublier ses géants, Colas, Jacqueline et leur fils Dédé hauts de 4 mètres qui président dans les festivités annuelles de la ville.

                Géants d'Arras.jpg       Musée minier.jpg     

Le centre historique minier de Lewarde ouvert en 1984 est le plus important musée de la mine en France. Nous sommes alors plongés dans l’univers de la mine comme au début du siècle ; avec nos casques de protection nous circulons dans les galeries reconstituées et pouvons imaginer le dur travail des mineurs, dans la poussière et le bruit.

Une visite libre dans le musée avec ses expositions scientifiques et historiques complètent notre journée.

Jeudi départ pour Amiens sous une petite pluie et des inquiétudes pour notre promenade en barque dans les hortillonnages. Mais à notre arrivée, la pluie avait cessé et nous avons pu faire notre visite dans ces magnifiques jardins « flottants » qui s’étendent sur un dédale de 65 Km de canaux entre la Somme et l’Avre. Un site unique au monde, un havre de paix au cœur de la ville.

                                                     

                      Hortillonage d'Amiens.jpg

Après un bon repas, visite de la cathédrale gothique et le beffroi médiéval de la cathédrale d’Amiens, et promenade dans le quartier Saint Leu pendant le temps libre.

   

        Cathédrale Amiens.jpg     Nef cathédrale.jpg

Vendredi nous partons pour Bruges, avec encore une petite pluie qui nous accompagnera jusqu’à Bruges.

A notre arrivée, la pluie ayant cessé nous avons découvert « la Venise du Nord ». Le « Minnewater », petit lac pittoresque et ses nombreux cygnes. Le béguinage, qui à l’époque était un lieu monastique dédié aux femmes seules, accueille aujourd’hui une communauté de bénédictines. L’hôpital Saint Jean musée avec des objets médicaux et son jardin de plantes médicinales.

L’Eglise Notre Dame de style gothique, édifiée au XIII et XIV siècle. L’Eglise possède une tour de 115 mètres dont la flèche mesure 54 mètres, c’est le plus haut bâtiment en briques du monde. La façade magnifique du palais Gruuthuse un des musées les plus importants de Bruges.

La place du Burg est le centre historique de la ville, place carrée qui a été le quartier général du Comte de Flandres.

                                         Bruges place du Burg.jpg

Elle est entourée de divers bâtiments :

  • La Prévoté, un des bâtiments historique et religieux les plus importants de Bruges typiquement baroque réalisé en pierre blanche et non en brique.
                                                                                                                                              
  • La basilique du Saint-Sang où, dans la chapelle supérieure, est conservée la relique du Saint-Sang (le sang du Christ qui aurait coulé de sa blessure) qui selon la légende aurait été ramenée par le Comte Diederik d’Alsace au retour des croisades.

                                       Réduc P1130670 Sang.jpg

  • La Grand Place et son beffroi datant du XII siècle.

 

          Bruges Grand Place.jpg        Bruges Beffroi.jpg

Une visite d’une chocolaterie était indispensable et nous avons dégusté de bons chocolats avant de faire nos achats.

L’incontournable promenade sur les canaux nous a fait découvrir les sites sous un autre aspect plein de charme qu’il n’est pas possible d’avoir depuis la terre ferme.

                          Bruges les canaux.jpg

Un temps libre a permis à certains de visiter une fabrique de bière. Les principaux procédés de fabrication, le rôle de l’orge et du houblon y sont expliqués et la visite se termine par une  dégustation.

Une dernière journée bien remplie, retour au centre pour faire les valises.

 

Départ le lendemain, samedi 8 septembre, de bonne heure pour couvrir les 850 km.

Un séjour très agréable avec de belles soirées animées, pour notre plus grand plaisir :
et nous pensons déjà à 2019 !
Où irons-nous ?   

 

Viviane FEGY, commission  « voyages » à l’ANR38

 

Voyage Séjour au Vacanciel : "Le Pavillon Médicis" à Salies de Béarn.

DSCN0268.JPG

Samedi 2 septembre au départ de l’Isère, le temps était maussade mais le séjour au Vacanciel de Salies de Béarn s’est heureusement déroulé entre matinées légèrement nuageuses et soleil l’après-midi.

Le 1er jour, nous découvrons, avec notre guide Pierre, la cité du sel, ses ruelles étroites, ses maisons à galeries du 17ème siècle, avec leurs toits bruns aux tuiles «picon», style régional béarnais. Situé près du Vacanciel, l’établissement thermal de style néo-mauresque de 1888 et l’hôtel du parc qui abrite le Casino, équipent cette ville thermale.

 

Réduc Nos porteurs de sel (Macabet & Civet).jpg  

Au musée du sel, passionnant, 2 vaillants représentants de l’ANR vont jouer les «tiradous», les porteurs d’eau salée !

L’après-midi se passe au château de Laas, reconstitution d’une grande maison bourgeoise du 18ème, et balade dans ses beaux jardins.

En rentrant nous faisons une courte visite à Sauveterre de Béarn, site en terrasse au-dessus du gave d’Oloron.

Le lendemain lundi 4, c’est une journée basque à Espelette avec visite d’un atelier du piment,                        Le séchage des piments sur les murs.Réduc Séchage des piments à Espelette.jpg

label AOC, où nous suivons la production, du champ où il est récolté à la main jusqu’à la poudre. La dégustation suit avec gelée, confiture, caviar de piment, etc…  Le piment d’Espelette est doux : intensité 4 sur 10 !

 

 

Après le repas au Vacanciel de Cambo les Bains, le petit train à crémaillère de 1925, tout brinquebalant, nous emmène en haut de la Rhune à 905 mètres d’altitude.

En chemin, rencontres des pottocks, les petits poneys basques qui jouent à traverser devant la locomotive ! Pendant le trajet et au sommet, le beau temps clair nous permet d’apercevoir toute la côte basque de Biarritz jusqu’aux plages des Landes.

Le 3ème jour nous parcourons Orthez, le Pont Vieux du 13ème, défendu par une tour d’où, selon la légende, les prêtres et les moines furent jetés dans le gave, lors de la prise de la ville par Montgomery en 1569 !

Après le déjeuner, nous partons pour une incursion en Espagne pour faire quelques emplettes, puis c’est la visite de Biarritz :

la pointe Saint Martin et son phare, les belles et excentriques villas du 19éme et le Rocher de la Vierge.

 

Biarritz Rocher de la Vierge.JPG

Mercredi 6 septembre, 4ème jour avec matinée libre à Salies de Béarn où quelques «privilégiés» descendent dans la crypte abritant la fontaine salée d’origine. L’après-midi, à St Jean Pied de Port, les plus courageux grimpent jusqu’à la citadelle de Vauban. Cette ville est, au Moyen Age, le centre de regroupement des « jacquets », les pèlerins en route pour St Jacques de Compostelle, dernière étape au pied du port (le passage) avant l’Espagne. Au retour nous dégustons le Jurançon à la cave Béarn-Jurançon de Bellocq.

Jeudi, nous retournons au pays basque pour la visite de St Jean de Luz. Du quai du port où nous avons une belle vue sur les bateaux de pêche, le guide nous explique les différentes façons de pêcher les sardines, anchois et thons. Puis nous passons devant les maisons de Louis XIV et de l’Infante d’Espagne, où ils ont passé une journée, avant leur mariage dans l’Eglise St Jean Baptiste en 1660. L’intérieur somptueux du 17ème siècle, le retable resplendissant d’or, les trois étages de galeries en bois de chêne en font la plus belle église du pays basque. Après avoir déjeuné au Vacanciel de Guéthary, nous arrivons à Bayonne que nous visitons, puis nous avons rendez-vous  chez un artisan du jambon de Bayonne, il nous montre ses saloirs, ses séchoirs et nous fait déguster (et acheter) ses spécialités.

Vendredi matin  6ème jour, départ pour notre dernière excursion : Oloron Sainte Marie, ville double, au confluent des gaves d’Ossau et d’Aspe qui deviennent gave d’Oloron. La ville doit son  nom à Iluro dieu pyrénéen. A la cathédrale Sainte Marie, nous admirons le magnifique portail roman sculpté en marbre et resté intact. Au retour les gourmands font des provisions à la chocolaterie Lindt.

La journée s'achève par la visite du camp de Gurs (64) où les réfugiés espagnols ont été internés en 1939.

sentier01-1.jpg

 

Le séjour se termine par l’après-midi libre consacré au farniente, randonnées ou piscine pour quelques-uns.

Ce séjour bien occupé par les excursions a été agrémenté par des spécialités gastronomiques régionales (Axoa de veau, garbure, gâteau basque, fromage Ossau Iraty, etc. et des soirées animées comme le concert du chœur basque Orphéon.

Nous regrettons moins de repartir samedi 9 septembre, car c’est la pluie qui nous accompagne jusqu’en Isère, avec notre jeune conducteur Alex.

Maintenant nous devons réfléchir à notre destination 2018.

Jacqueline Devise et Viviane Fégy

RÉCIT : Croisière Fluviale sur le Danube

"les Capitales Danubiennes" du 23 au 29 mars 2018
Vienne - Budapest - Bratislava.

Le 23 mars, départ matinal en autocar pour 28 adhérents ANR de l’Ardèche, de la Drôme et de l’Isère, en direction du Tyrol Autrichien, région d’Innsbruck.

Après une 1ère nuit dans un hôtel paisible surplombant la vallée de l'Inn, nous visitons l’abbaye de Melk, célèbre abbaye bénédictine de Basse-Autriche, puis route vers Vienne où nous attend notre bateau , le Vivaldi sur lequel nous embarquons en fin d’après midi pour notre croisière sur le Danube.

Le 3eme jour est consacré à la ville de Vienne, tour panoramique de la ville suivi de la visite du château de Schönbrunn,  de la Crypte des Capucins  et de la plus grande bibliothèque baroque d’Europe : la Prunksaal.

Après une nuit de navigation, nous arrivons à Budapest, capitale de la Hongrie qui possède deux visages, pratiquement opposés Buda et Pest. Avec notre guide local « reuh reuh », nous avons découvert  la « perle » du Danube avec sa place des Héros et ses principaux monuments, visité le majestueux Parlement qui abrite les joyaux de la Couronne.

Très beau tour de ville qui nous donne envie de revenir

Après un délicieux dîner hongrois à bord suivi d’une soirée folklorique, départ du bateau en direction de Bratislava où nous arrivons en début d’après midi pour une visite guidée à pied du centre historique .

Retour à bord pour un dîner et une soirée de  gala avant  notre dernière nuit sur le Danube.

Arrivée matinale à Vienne, et direction en autocar vers Salzbourg où nous visitons la vieille ville, véritable dédale composé de maisons  et d'échoppes anciennes tout à fait remarquables. Dans la rue principale s'élève la maison natale de Mozart, consacrée désormais aux souvenirs du compositeur.  

Puis, en cette fin de journée, nous apprécierons  un petit verre de schnaps dans une imposante ferme tyrolienne  avant de regagner notre hôtel perché pour une courte nuit.

Le 7eme jour est consacré à notre retour en France, via Constance et Genève.

Une météo très favorable nous a permis d’apprécier ce séjour dont nous garderons un excellent souvenir.

Merci pour ce compte rendu d'une adhérente de l'Ardèche : Marité Vassal.

Lundi 2 octobre, 48 adhérentes, adhérents des groupes de l’Ardèche, de l’Isère et de la Drôme se sont envolés pour découvrir le Portugal avec un circuit proposé par National Tours et les cars Chabannes, et très bien préparé par Jean Bomme.

Une belle découverte  de Lisbonne à Porto même si des péripéties ont émaillé ce voyage mais qui ont pu être déjouées, grâce à l’attention et la pugnacité de Jean.

A l’arrivée sur la terre portugaise, une bonne chaleur nous accueillait, chaleur conservée tout au long de notre périple avec des pointes de plus de 30°, ainsi que notre guide-accompagnatrice Graça.

Un premier repas à Lisbonne et un tour de ville nous ont permis de prendre contact avec la capitale portugaise que nous avons pu découvrir le lendemain avec la tour de Belem,

le monument des découvertes, puis le monastère des Hiéronymites,un bel exemple de l’art manuélin, le musée national des carrosses,  le quartier ancien de l’Alfama.

Et bien sûr les fameuses faïences, les azulejos portugais, les plus connus de la péninsule ibérique. Tels ceux du palais des Marquis de Fronteira (XVIIème siècle) à Lisbonne. Pour le XXe siècle plusieurs stations du métro de Lisbonne sont les exemples les plus remarquables.

Une journée qui s’est terminée par un repas-spectacle de Fado, le chant traditionnel ou plutôt la mélopée nostalgique du Portugal et que nous avons pu réentendre à Coimbra.

Puis ce fut le retour à l’hôtel située à une heure de car de Lisbonne mais qui nous permettait de traverser le Tage, par le pont Vasco de Gama long de 18 kms.

Mercredi matin (3ème jour) nous prenons la  direction de l’est pour arriver à Evora ville inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO qui nous fait découvrir une partie de l’histoire du pays de l’époque  romaine à l’occupation des maures.

Visite de la ville avec ses rues commerçantes, et la cathédrale.

Après le déjeuner, nous continuons vers le château de Palmela bâti sur un éperon rocheux  à mi-chemin des deux fleuves  Tage et Sado  d’où la vue est superbe avec  toutefois le nuage de pollution au-dessus de Lisbonne. A l’intérieur de la citadelle, restent les ruines de la chapelle Santa Maria détruite par le tremblement de terre de 1755.

Ce matin, il a fallu faire les valises et surtout ne rien laisser à l’hôtel, puisque nous quittions la région de Lisbonne pour remonter vers le nord en direction d’Obidos, village médiéval fortifié du 13ème siècle avec ses deux ruelles, son château et ses remparts.

En chemin, dégustation de la liqueur de ginja (cerise) dans du chocolat et visite des boutiques de souvenirs. Puis nous avons continué la route vers Nazaré, port de pêche et station balnéaire, où nous avons pu déguster les sardines grillées et pour les plus audacieux rencontrer les dames aux 7 jupons !

Après, un arrêt au monastère de Batalha, chef d’œuvre de l’art gothique et manuélin, avec ses étonnantes chapelles inachevées où repose le roi Edouard 1er nous a conquis.

Et la dernière étape nous a conduits à Fatima, le plus grand sanctuaire du Portugal (notre Lourdes). De là, nous rejoignons notre hôtel (un établissement thermal) à Curia. Un repos bien mérité après cette journée pleine de découvertes.

Au petit matin, en route vers Coimbra, la ville universitaire où nous sommes accueillis, à la descente du car, par des étudiants en costume (chemise ou chemisier blanc, costume noir et cape noire - même avec 30° ! - ).

Visite de la plus ancienne université où nous faisons, fiers de retourner en fac, la photo de groupe. (ci-dessous) 


Après la visite de la vieille ville et un repas avec Fado, nous poursuivons notre route vers Aveiro et ses salines où l’exploitation du sel et de la fleur de sel reste traditionnelle. La visite de la ville nous permet, une fois de plus, de goûter à une spécialité  pâtissière locale les « ovos molles ».

Le soir nous nous installons dans un hôtel de la station balnéaire de Povoa de Varzim à une quarantaine de kilomètres de Porto que nous découvrirons le lendemain.

Samedi, nous partons pour Porto. En route, nous nous arrêtons dans des toilettes publiques « Art Déco » où le cadre se prête au soulagement…

Une promenade en bateau traditionnel, réaménagé quand même, nous fait découvrir les six ponts qui enjambent  le Douro dont le pont Eiffel qui n’est plus utilisé désormais.

Après cette promenade bucolique ( ?) une visite d’une des nombreuses caves de Porto s’imposait. Et il fut temps de déjeuner sur les pentes du Douro. L’après-midi fut consacrée à la visite de la ville dont le magnifique palais de la bourse (chambre du commerce) qui était investi, ce jour,  par un mariage et ses 300 invités.

Le soir en rentrant, nous apercevons les incendies qui recommençaient dans la région de Porto, d’Aveiro. Nous apprendrons plus tard, qu’ils vont faire des victimes. Graça nous explique que les plantations d’eucalyptus très importantes dans la région et surtout très denses sont en partie responsables de ces incendies car l’essence de ce bois brûle très vite.

Le dernier jour, une première étape à Guimaraes, le berceau du premier roi du Portugal, Afonso Henriques, une ville médiévale avec ses ruelles et ses placettes. Puis nous poursuivons vers Braga et son Santuário do Bom Jesus do Monte.

Après le déjeuner dans une ambiance typique du dimanche, nous découvrons le bourg de Barcelos. A l’ombre des arbres, les habitants de la région sont venus danser en ce dimanche après-midi. Avant le dernier  repas du soir, nous prenons un verre de Porto ou de jus de fruit sur la plage avec un magnifique coucher de soleil.

Ce fut l’occasion de remercier notre guide  et notre chauffeur. De remercier aussi Jean Bomme de nous avoir préparé ce beau voyage-découverte du Portugal.

Mais il reste encore des belles régions portugaises à découvrir !

                          Alain Gouilloud Président ANR 07